Nelson Henricks, Outil, publié dans CUBE no. 5 (1998). Avec l’aimable permission de l’artiste.

Hier a déjà été demain (ou Une brique est un outil)

14 avril – 23 juin 2016

Vernissage : jeudi le 14 avril 2016, de 18 h à 20 h
(précédé d’une visite commentée avec le commissaire à 17 h 30)

Commissaire : Kegan McFadden

Avec des oeuvres de : Shary Boyle, Charles Cousins, Geoffrey Farmer, Nelson Henricks, Jake Kosciuk, Denis Lessard, Annie Martin et Kathy Slade.

 

Hier a déjà été demain (ou Une brique est un outil) est une exposition de magazines d’art canadiens, consacrée à des publications qui sont nées et ont également disparu dans les années 1990. Alors que la prolifération de l’impression en tant que forme d’art contemporain a marqué les années 1960 et 1970, de nombreux artistes s’exprimant sur le plan conceptuel par l’intermédiaire de l’art postal et de périodiques largement diffusés, les années 1990 ont vu ce type de production s’effondrer à l’heure de l’ère prénumérique. Les artistes ne cherchaient plus nécessairement à dématérialiser l’objet en médias imprimés pour s’affranchir des lieux d’exposition, mais ils considéraient plutôt l’édition comme un moyen de promouvoir le dialogue entre eux et de résumer les manifestations ou événements ayant lieu au niveau local, mais surtout de prendre en main leur outil de production et de réaliser des documents imprimés qui soient le reflet de leur communauté artistique et de ses préoccupations. Les résultats de ces projets de publication de magazines ont été variables, allant d’écrits critiques et d’entrevues à des réflexions, de la poésie et des pages de journaux intimes. Ils comprenaient souvent des reproductions d’œuvres d’art, des illustrations faites sur commande, des calembours visuels et des blagues tentant de prendre le contre-pied des modèles d’édition plus normatifs et commerciaux.

Un esprit d’irrévérence et d’expérimentation a été le terreau de ces incursions éphémères dans le monde de l’édition à travers tout le Canada au cours des années 1990. De Vancouver à Montréal, en passant par Calgary, Winnipeg et Toronto ont existé diverses approches pour les magazines réalisés par des artistes. Certains, tels que Boo, Flower et CUBE, ont été produits indépendamment de toute institution, laissant place à un esprit critique et ludique plus large, tandis que des magazines comme Texts et The Harold ont été publiés respectivement par des organismes tels que The New Gallery et Plug In Inc., mettant donc principalement l’accent sur la programmation et les autres activités en lien avec chaque galerie. Qu’elles soient indépendantes ou affiliées à une institution, il est clair que ces publications représentent un vivier pour les approches créatives du magazine en tant que forme au cours d’une période spécifique de l’histoire de l’art visuel au Canada. L’exposition Hier a déjà été demain (ou Une brique est un outil)cherche à témoigner de l’idéologie esthétique et exploratoire si prédominante dans ces publications.

Hier a déjà été demain (ou, Une brique est un outil) est une fenêtre ouverte sur le passé récent, qui permet à bon nombre de ses principaux acteurs d’occuper le devant de la scène grâce à la présentation des œuvres originales et des reproductions d’illustrations d’artistes. L’organisation de cette exposition met pour la première fois en exergue l’existence d’un réseau informel d’activité présent dans les principales régions du Canada. En révélant ces résultats de recherche au grand jour, nous sommes en mesure d’identifier des intrus, des artistes en début de carrière ayant ensuite accédé à la renommée, des artistes qui n’ont pas percé et des traitements de design qu’il vaudrait sans doute mieux oublier. Ces magazines se sont retrouvés dans les prisons, ont eu des correspondants à l’étranger, ont traité de problématiques locales et ont même publié des comptes rendus de livres réalisés par des gardiennes d’enfants. Ils constituent une archive de l’activité par le plus humble des moyens. Plutôt que de prévoir l’avenir ou de se concentrer sur le passé, ils ont disséqué le présent. Les rédacteurs en chef de ces magazines ont évalué ce qui valait la peine d’être imprimé, ce qu’il était important de publier et comment procéder pour rendre l’information accessible à leurs communautés.

Kegan McFadden, commissaire

 

À la fois écrivain, commissaire et artiste, Kegan McFadden a développé une pratique qui considère la recherche comme une entreprise créative. Associant souvent l’art contemporain aux documents d’archives pour interpréter et ressentir les histoires, sa méthode est délibérément subjective, repositionnant les récits reçus et mettant l’accent sur les alternatives au discours. Son travail a été présenté dans des galeries autogérées, publiques et universitaires à travers tout le Canada au cours des dix dernières années. Les travaux de recherche pour Hier a déjà été demain (ou Une brique est un outil) ont été financés par le Conseil des arts du Canada, le Conseil des arts du Manitoba, le Winnipeg Art Council, et soutenus par Artexte et le Plug In Institute for Contemporary Art.