DOCUMENT XXL

Une exposition conçue par Nelson Henricks

13 avril – 17 juin 2017

Vernissage le jeudi 13 avril, de 18 h à 20 h

L’artiste et auteur montréalais Nelson Henricks a réalisé le commissariat de l’exposition DOCUMENT XXL à partir de documents à caractère temporel de la collection d’Artexte. Bien que reconnu pour sa collection documentaire imprimée et axée sur l’art contemporain, le centre de documentation possède également une collection audiovisuelle significative : VHS, DVD, disques vinyles et autres enregistrements sonores. Le statut de ces objets est variable : certains sont des œuvres d’art au sens propre, alors que d’autres prennent la forme de traces documentaires qui entourent la pratique d’un artiste.

Cette vaste gamme de ressources demande une reconsidération des pratiques de commissariat. En utilisant les modèles du mixtape, du mash-up, du DJ set et du guest rapping, Henricks tente de positionner ces enregistrements en contrepoint pour les faire résonner différemment. Prenant la forme d’un programme d’une heure sur deux écrans vidéo, DOCUMENT XXL présente de la documentation vidéo, audio et imprimée liés à la pratique de plusieurs artistes dont Laurie Anderson, Marina Abramovic & Ulay, Jenny Holzer, Sol LeWitt, Joyce Weiland et plus encore.

Au sens étymologique, le mot document réfère à l’acte d’enseigner. Les conférences d’artistes et les artistes qui s’expriment sur leur travail occupent une place importante dans DOCUMENT XXL. Que tentent-ils de nous apprendre ? Qu’expriment-ils ? Par son travail en tant que commissaire, Henricks propose une réflexion sur les thèmes et les problématiques qui y sont soulevés : la question du processus versus le produit, le mouvement, la politique ainsi que la fonction de la documentation font partie des axes thématiques soulevés par l’exposition.

À travers sa pratique artistique, Nelson Henricks s’intéresse à la notion de la visualisation du son. Dans les locaux d’Artexte, les disques vinyle sont entreposés dans la section des documents surdimensionnés. En utilisant des disques 12” et d’autres documents surdimensionnés comme point central pour ce projet de commissariat, il orchestre une conversation entre plusieurs créateurs, multipliant littéralement un document par un autre (X). Henricks explore le double statut d’un objet matériel qui contient du temps – un objet physique qui se déplie comme une charnière sur un vecteur temporel (L) : un objet qui est simultanément vu et entendu.